Lettre Ouverte

From #DontGoViral
Jump to navigation Jump to search
This page is a translated version of the page Open Letter and the translation is 100% complete.
Other languages:
English • ‎français • ‎العربية

Innovation Policy Task Force Africaine et l'Innovation for Policy Foundation ont co-créé lettre ouverte en réponse à COVID-19. Nous partageons la lettre ouverte ci-dessous.

La lettre ouverte est présenté sur la plate-forme open-source de consultation des politiques publiques d'i4Policy, où vous pouvez vous impliquer (commenter, noter, annoter), la partager et vous pouvez la signer aussi

Lettre Ouverte d’#i4Policy sur COVID-19

Source: covid19.i4policy.org/fr
V1.3 (31/03/20)

Nos sociétés sont seulement aussi fortes que notre capacité de prendre soin les unes des autres.

Nous, dirigeants de communautés d'innovation et entrepreneurs de toute l'Afrique, nous nous unissons dans la diversité pour appeler ouvertement à l'unité et à l'action collective pour faire face à cette pandémie.

1. Nous soutenons fortement les mesures décisives, exécutives et adaptatives visant à protéger la santé publique. L'heure est propice à une plus grande intervention de l'État, et les valeurs d'une société ouverte restent plus importantes que jamais. Cette pandémie a mis en évidence notre interdépendance : nos liens ont accéléré la propagation du virus, mais notre unité reste notre plus grande ressource pour protéger nos communautés. Nous demandons aux gouvernements d'assurer une communication régulière et transparente afin d'instaurer la confiance, de partager les données et de protéger notre vie privée, de renforcer la cohésion sociale dans nos communautés et de collaborer avec les autorités locales et traditionnelles pour encourager un comportement socialement responsable par le dialogue.
2. Les citoyens et les gouvernements doivent être des alliés. Nous demandons aux gouvernements de nous solliciter, d'inciter les fabricants de matériel informatique et les fabricants locaux à remédier à la grave pénurie de fournitures médicales, les développeurs de logiciels locaux à renforcer les technologies de l'information en matière de santé publique, les créateurs et les artistes locaux à mettre sur pied des campagnes d'information, et de mobiliser chaque habitant pour qu'il se porte volontaire, ne serait-ce que pour maintenir une distance physique (et non sociale).
3. Notre démographie continuera à être notre atout. Nos enfants et nos jeunes seront moins sollicités par nos systèmes de santé et devraient être tenus informés et impliqués dans la co-création et la mise en œuvre de nos solutions collectives. Nos aînés, les porteurs de notre patrimoine culturel collectif, devraient également être impliqués et protégés. Nous devons reconnaître le savoir intergénérationnel pour perpétuer et garantir nos valeurs, et construire un mouvement de la société tout entière pour lutter contre cette pandémie.
4. Les personnes qui ont le moins accès aux services publics sont les plus exposées aux risques de contagion. Celles qui ont le moins de ressources n'ont pas d'autre choix que de partager avec leurs voisins. Les communautés qui boivent dans la même tasse, qui n'ont pas de surplus ou de magasin, sont aussi les plus susceptibles d'être dévastées par ce virus et de perpétuer sa propagation. Nous encourageons nos gouvernements à soutenir les réseaux de solidarité et les actions visant à fournir des ressources en eau, en nourriture et en fournitures essentielles aux communautés les plus vulnérables afin de leur permettre de respecter les mesures d'éloignement physique.
5. Les petites entreprises et les entrepreneurs sont essentiels à l'inclusion, à l'emploi, à la production nationale, à la distribution et au développement durable. Nous recommandons vivement aux gouvernements de fournir des fonds de roulement d'urgence pour soutenir les petites entreprises, les entrepreneurs et autres facilitateurs de l'écosystème, de reporter la collecte des impôts et d'aider les entreprises à faire passer les employés à des contrats à temps partiel, tout en offrant un soutien aux chômeurs et aux sous-employés.
6. Si le virus reste quelque part, il constitue une menace pour les sociétés du monde entier. Le virus ne connaît pas de frontières ni d'autres divisions créées par l'homme entre les humains. Notre lutte contre lui ne devrait pas non plus. Nous encourageons fortement les collaborations régionales stratégiques et la solidarité entre les nations et entre les peuples.


Pour survivre à cette crise, pour reconstruire nos sociétés et pour sauvegarder nos communautés au lendemain de celle-ci, il nous faudra libérer notre potentiel collectif de résolution des problèmes, nos ressources et notre humanité commune.

Nous, leaders de communautés d'innovation et entrepreneurs à travers l'Afrique, sommes au service de nos gouvernements et de nos voisins dans cette initiative. Nous reconnaissons les efforts qui ont déjà été entrepris par les gouvernements et les institutions régionales, ainsi que les collaborations importantes qui ont été initiées avec les citoyens. Nous proposons de nous appuyer sur cette base, d'être des relais efficaces de l'information sur la santé publique, de mobiliser nos ressources de communication, notre expertise technologique, et d'activer nos collègues innovateurs, entrepreneurs et créatifs.

Nous sommes solidaires et proposons de travailler collectivement pour traverser cette crise et, par la suite, pour co-créer une société plus forte et un avenir au service de tous !

Ubuntu, Kwaniso, Obala, Mandenka, Harambee, Umlando, Agaciro
#DontGoViral